La tradition est respectée ! Pour son exposition inaugurale, la Bergerie accueille le Frac-artothèque du Limousin mais aussi, en prime cette année, la tapisserie d’Aubusson par le biais de Daniel Riberzani. Une exposition qui en annonce d’autres mais aussi des concerts et d’autres événements culturels

L’inauguration de la première exposition de la saison 2018 avait, vendredi en fin de journée, des airs de fête. D’abord, parce que la foule des grands jours était au rendez-vous, avec moult artistes et personnalités creusoises (voir ci-dessous). Ensuite, parce que l’exposition inaugurale, sur la thématique des langages « Traces » est de très bonne tenue. Trois autres présentations suivront d’ici septembre.

Nouveau toit  pour artistes inspirés

En 2015, la Bergerie s’est agrandie et mise aux normes de sécurité. En 2018, elle a procédé à la réfection de sa toiture tout en l’isolant. De quoi ravir sans doute le regretté Jacques Lagrange (dont la compagne a disparu voici quelques mois), le créateur du lieu, et son continuateur Daniel Aucouturier qui dans son propos a remercié les « généreux donateurs » qui ont permis les travaux réalisés cet hiver.

Le rez-de-chaussée de la Bergerie est le domaine d’habitués amis des lieux, dont une majorité d’Aubussonnais et de Creusois du sud, comme Claude Fétis qui présente une grande pièce très aboutie (« Cheminement », en hommage au poète espagnol Antonio Machado). Pierre Marescaud, Claire Baillet, Hélène d’Agano, Alain et Martine Brodzki, Irène Morgadinho, Niels Hamel, Marc-Aram Hairabédian, Marc Olivier, Véronique Chabrat, Filleysant et une nouvelle venue Veronika Teuber sont également au rendez-vous dans une diversité harmonieuse. Le grand panneau de Fétis qui s’impose de lui-même dialogue avec une tapisserie de Daniel Riberzani (« Sillon », tissée en 2010 par Bernard Battu).

Comme les saisons précédentes, l’étage est dévolu à une sélection d’œuvres puisées dans les collections du Frac qui composent avec une tapisserie monumentale de Daniel Riberzani, « Traces » (tissage Legoueix 1988, une pièce de 3 mètres de côté, collection Cité de la tapisserie), que Bruno Ythier, le conservateur, a qualifié vendredi d’« œuvre majeure » des collections aubussonnaises).

Expositions. « Traces » est à visiter jusqu’au 27 mai, tous les jours de 15 heures à 19 heures. Entrée libre. En juin, la Bergerie accueillera Pascal Dejammet, un proviseur guérétois artiste à ses heures. L’exposition d’août qui suivra celle de Jean-Claude Caffin, sera consacrée à Gabriel Chabrat. Daniel Riberzani (et Veronika Teuber) sera au cœur de l’été 2019, à la Bergerie.