En visite à Saint-Sulpice-le-Dunois (Creuse), le ministre de l’Education défend les écoles rurales

En visite à Saint-Sulpice-le-Dunois (Creuse), le ministre de l'Education défend les écoles rurales

visite Jean-Michel Blanquer ministre éducation école saint-sulpice-le-dunois © Mathieu Tijeras

Deux membres du gouvernement ont fait le déplacement en Creuse cette semaine : Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique, était jeudi à Jarnages, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, samedi à Saint-Sulpice-le-Dunois.

La petite école de Saint-Sulpice-le-Dunois (Creuse), qui compte deux classes et une quarantaine d’enfants, a eu les honneurs de la République, samedi après-midi. Le ministre de l’Éducation nationale est venu inaugurer les travaux de rénovation de plusieurs bâtiments communaux (école, mairie, chaufferie bois, salle polyvalente).

« J’ai une affection particulière pour la Creuse, confie Jean-Michel Blanquer. Je suis venu des dizaines de fois depuis que je suis enfant, notamment avec François. » Le ministre est arrivé en voiture avec son ami François Baroin, qui a une maison de famille à Saint-Sulpice-le-Dunois. Les deux hommes se connaissent « depuis le CM2 à Paris ». « J’ai même une photo si vous voulez voir ! » s’amuse Jean-Michel Blanquer, visiblement détendu tout au long de la visite.

Visite Jean-Michel Blanquer ministre éducation école Saint-Sulpice-le-Dunois

Guidé par le maire Gérard Delafont, le ministre découvre le préau transformé en salle de motricité, les salles de classe équipées d’une nouvelle VMC, les rampes permettant l’accès avec des fauteuils roulants… L’école fonctionne en regroupement pédagogique avec La Celle-Dunoise.

Dans la classe de grande section-CP dotée d’un tableau numérique flambant neuf, Jean-Michel Blanquer discute avec l’enseignante qui s’occupe des dix-neuf élèves. « Les grandes sections s’intéressent à la lecture ? », demande-t-il. « Certains », répond la professeure. « C’est difficile car il n’y a pas d’Atsem dans cette classe, ajoute la directrice de l’école. L’enseignante est très sollicitée et cela demande beaucoup d’autonomie aux enfants. »

Le ministre vante les mérites des classes à plusieurs niveaux : « Lorsque c’est bien fait, c’est un atout pour les élèves. Moi-même, je suis un ancien élève de classe multi-niveaux. On tire vers le haut les élèves par un effet de compagnonnage. Ce n’est pas synonyme de classes surchargées. Ici, il y a une vingtaine d’élèves. Le problème, c’est plutôt de maintenir les classes du fait de la baisse de la démographie. Il faut travailler à un rebond démographique en zone rurale. »

La Creuse a des atouts fantastiques !

Jean-Michel Blanquer a accepté de se rendre à Saint-Sulpice-le-Dunois pour « souligner le dynamisme des élus locaux et des professeurs » qui font tout pour faire vivre les petites communes.

« Je suis venu pour montrer qu’il y a une vitalité des écoles rurales. Elles réussissent mieux que la moyenne nationale. On devrait en parler avec beaucoup d’optimisme. Elles permettent d’attirer de nouvelles familles ou de contribuer à ce que des familles restent. »

Visite de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, à l’école de Saint-Sulpice-le-Dunois.

Le ministre semble séduit par les départements ruraux comme la Creuse : « Nous devons changer nos mentalités, arrêter de voir la ruralité comme un problème alors que c’est un atout. La Creuse a des atouts fantastiques ! Il y a de l’espace, la nature, du patrimoine. Tous ces éléments sont des richesses qu’il faut valoriser. »

François Baroin, toujours souriant, a aussi voulu tirer son chapeau à l’équipe municipale de Saint-Sulpice-le-Dunois : « Le maire est un ami. Il m’a proposé de venir à l’inauguration. C’est l’exemplarité d’un investissement pour l’avenir. » Et d’ajouter : « Je suis venu voir ma mère et mes amis qui se sont battus pour la réfection de l’école, la mairie et la salle polyvalente. »

Visite de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, à l’école de Saint-Sulpice-le-Dunois.

À la fin de la visite, sur le chemin de la salle polyvalente où se tenait le vernissage de la 32e exposition d’art, le maire Gérard Delafont a longuement discuté avec le ministre de l’Éducation. L’élu local a fait sa carrière dans l’enseignement : aujourd’hui retraité, il a commencé comme instituteur remplaçant, puis a dirigé des Erea (établissements spécialisés dans la prise en charge d’adolescents en difficulté). « Je vois que vous connaissez le sujet », se réjouit Jean-Michel Blanquer.

Catherine Perrot

 

En Creuse, le ministre Jean-Michel Blanquer annonce qu’il n’y aura pas d’emplois supprimés dans les rectorats de Limoges et Poitiers

Une médiathèque en projet
Le maire a montré au ministre la maison rachetée par la commune afin d’y aménager une « médiathèque/tiers-lieu ». Un coup de pouce de Paris pourrait peut-être accélérer la concrétisation de ce projet à vocation « culturelle et sociale ».