Pour le bien-être des malades, voici pourquoi nous devons expérimenter expérimenter le cannabis thérapeuthique dans la Creuse

Pensons d’abord aux 300.000 Français souffrant de douleurs souvent insupportables sur lesquelles les produits classiques de notre pharmacologie ont malheureusement une efficacité limitée.

A la fin de l’année 2017, le Président de la République Emmanuel Macron a décidé de faire de la Creuse un territoire pilote de la ruralité. Au travers du Plan Particulier pour la Creuse, nous avons été force de propositions pour dynamiser notre territoire et ouvrir la voie à une réelle revitalisation de nos campagnes.

Parmi l’ensemble des mesures du Plan, une piste d’avancées majeure : la production et la transformation du cannabis à usage thérapeutique.

Ne nous trompons pas de sujet et ne brandissons pas des épouvantails: la légalisation du cannabis « récréatif » n’est pas le sujet.

En Creuse, nous pensons d’abord aux 300.000 Français souffrant de douleurs souvent insupportables sur lesquelles les produits classiques de notre pharmacologie ont malheureusement une efficacité limitée pour des effets secondaires parfois insoutenables. Ces Français, ce sont nos proches, nos voisins, nos amis qui peuvent découvrir être atteints d’une grave maladie demain.

D’après l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies, en 2016, 20 pays de l’Union Européenne autorisaient déjà l’usage thérapeutique ou médical du cannabis, 12 pays hors de l’UE dont le Canada et 23 des 50 États américains. Le Royaume-Uni vient de le légaliser cet été. La France doit sauter le pas et accompagner ce mouvement.

Pour élaborer des médicaments à base de cannabinoïdes, il faut une production de plants de chanvre spécifiques.

Le droit européen autorise la production agricole, la transformation et le commerce des produits dérivés à base de cannabinoïdes à condition que leur teneur en tétrahydrocannabinol n’excède pas 0,2 %.

Le droit français est plus restrictif: il autorise la production de chanvre mais pas sa transformation ni sa commercialisation pour un usage thérapeutique. Cela nous conduit à des situations aberrantes:

1/ Les malades français sont obligés d’acheter des médicaments à base de chanvre à l’étranger via des sites de vente en ligne. Cela veut dire que des produits étrangers à base de cannabis à usage thérapeutique se retrouvent déjà sur notre territoire français, sans être prescrits par nos médecins ni contrôlés par nos autorités de santé.

2/ Fuite de la valeur de notre production agricole française à l’étranger. Alors qu’un hectare de blé représente un rendement de 300€ pour les agriculteurs, un hectare de chanvre leur rapporterait environ 2500€. Etant donné le contexte difficile dans lequel sont plongés des milliers d’agriculteurs français, qui vivent péniblement avec moins de 350€ par mois, la production de chanvre constitue une opportunité de diversification et une source de revenus considérable. C’est d’ailleurs ce qui pousse certains producteurs français de chanvre à exporter leur production à l’étranger pour qu’elle y soit transformée et commercialisée.

La France est restée trop longtemps immobile face à la douleur de ceux qui nous entourent et que nous sommes incapables de soulager. Accélérons le mouvement, et encourageons le développement de cette nouvelle filière agricole!

Pourquoi une expérimentation en Creuse ? Notre département a une tradition de culture chanvrière pour la production de fibres que l’on retrouve dans le textile, l’isolation de bâtiments ou encore la plasturgie. Fort de notre savoir-faire, nous sommes prêts à accueillir une nouvelle filière qui nous permettrait de soulager nos patients et redynamiser l’économie rurale avec la création d’emplois non délocalisables. Ne passons pas à côté de cet outil, c’est d’abord un enjeu de santé publique et un enjeu économique.

Le 11 Septembre dernier, l’agence nationale du médicament a annoncé la création d’un comité pour évaluer la pertinence de développer en France l’utilisation thérapeutique du cannabis. C’est un premier pas, mais nous avons besoin d’une volonté politique forte que nous comptons porter au niveau du département de la Creuse et au niveau national. Ainsi, nous organiserons avant la fin de l’année une table-ronde à l’Assemblée nationale rassemblant toutes les parties prenantes sur le sujet: experts scientifiques, médecins, autorités publiques, parlementaires français et européens, agriculteurs, associations, etc.

C’est tous ensemble que nous devons briser les tabous, pour mieux soulager les patients et dynamiser l’économie de nos territoires!

https://www.huffingtonpost.fr/jean-baptiste-moreau/pour-le-bien-etre-des-malades-voici-pourquoi-nous-devons-experimenter-experimenter-le-cannabis-therapeuthique-dans-la-creuse_a_23550641/