Les saucisses végétariennes ne sont pas encore bien comprises en France

article source  https://www.tuxboard.com/les-saucisses-vegetariennes-ne-sont-pas-encore-bien-comprises-en-france/
Date de dernière mise à jour : le 29 avril 2018 à 16 h 28 min

Il arrive souvent qu’un Français soit troublé par la différence entre une saucisse habituelle et une saucisse Quorn. Pour éclaircir les choses, un amendement a alors été modifié dont le but d’éviter la confusion.

Toutes les personnes qui commercialisent des produits végétariens ne peuvent plus utilisér des mots relatifs à la pour appeler leurs produits comme le steak de tofu. Elles ne peuvent pas non plus se servir de substituts pour faire vendre des produits destinés aux végans.

UNE PRATIQUE COMMERCIALE TROMPEUSE

L’utilisation des mots ou termes liés à la pour vendre des produits végétariens est jugée comme une méthode sournoise. En effet, ces expressions laissent souvent croire qu’on puisse retrouver les mêmes ingrédients dans ces produits.

Une autre section de l’amendement affirme que le fait de se servir des nutriments présents dans les produits végétariens pour faire croire aux consommateurs qu’ils mangent de la viande est aussi une fourberie.

Une série d’études faite auprès des consommateurs a quand même révélé que le pourcentage de personnes souhaitant consommer  et trouver des produits végétariens dans les commerces n’est pas moindre.

L’USAGE DES SUBSTITUTS DE VIANDE

Pour satisfaire les besoins des personnes qui aiment le gout des viandes mais qui souhaitent de temps en temps ou petit à petit se convertir en végétaliens ou végétariens, on peut utiliser les substituts de viande.

Mais l’amendement est clair à ce propos, l’usage des expressions est tout de suite considérer trompeuse et paradoxale.

Certaines personnalités n’ont pas manqué à s’affirmer à ce propos. Jean Baptiste Moreau, membre du parti français La République en Marche expose sa façon de voir les choses. On peut sentir dans son post tweeté le désir de se battre contre de fausses allégations.

Si l’on manque à l’amendement et ses recommandations, on risque une amende qui peut aller jusqu’à 300 000 euros.